AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Délicate fleur Blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Blanche Halmak
Masseuse Thai
avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Délicate fleur Blanche   26/6/2016, 10:39 pm

Nous sommes arrivés. Enfin. Je ne sais pas comment j’ai réussi à ne pas tomber en route. C’était de la folie. De la pure folie. Si j’étais tombée à une telle vitesse, je me serais rompue tous les os. Plus de Blanche. Fermez les rideaux. Au revoir. Comment ai-je pu dire oui ? Je suis encore plus atteinte que je ne le pensais. Il faut que je me trouve une place dans une maison pour les fous. Cela devient urgent. Enfermez-moi, je tiens à ma vie.

J’ignore où on est. J’étais tellement effrayée que j’ai fermé les yeux tout le long du trajet. Comment vais-je bien pouvoir rentrer chez moi ? Je ne me vois pas demander mon chemin. Qui me répondrait ? J’écoperais d’une mort certaine. Je commence vraiment à regretter d’être venue. Enfin, je le regrettais déjà avant mais là, c’est le pompon. Pourquoi ai-je accepté de venir ici ? Pour voir un château ? Et bien voilà, c’est fait. Quelle déception. Il n’a rien à voir avec les châteaux des contes de fée. Il est sale, mal entretenu, abimé, usé par le temps et par les hommes.

Les portes s’ouvrent seules, sans qu’aucun ordre n’ait été prononcé. J’ai la très nette impression d’être observée. Je n’ai plus envie d’entrer. Ces deux grandes portes, immenses, impassables, ressemblent aux portes d’une prison, à la trappe d’un piège. Elles vont se refermer sur moi. M’emprisonnant à jamais.

J’ai toujours eu envie de vivre une vie dangereuse. C’est le moment de voir si cela me plait. Sans vraiment savoir dans quoi je m’embarque, j’entre.

Pourtant septique, je ne peux m’empêcher d’admirer la splendeur du bâtiment. Malgré ce qu’on lui fait subir, il reste majestueux, imperturbable. Impossible de ne pas se sentir minuscule. Nous voilà réduits au rang d’insectes, insignifiants, dans le vaste hall qui nous entourent. Il est trop grand, trop vaste, trop vide et trop silencieux. Il manque de vie, d’habitants, de serviteurs pressés. Comment un homme tel que Cesare a-t-il bien pu réussir à se l’approprier ? Rien que le hall pourrait accueillir des centaines d’hommes.

Debout à l’entrée, je regarde tout ce que je peux voir avec des yeux avides. Je découvre le luxe et la grandeur. Je pourrais peut-être y prétendre, un jour. Je peine à croire que Mio puisse en être le propriétaire. Lui qui semble si miséreux paraît déplacé dans un tel lieu. Comme un chardon au milieu d’un champ de roses.


C’est vraiment à vous, ce château ?

En me retournant vers mon hôte, la réalité de ce qu’il est me frappe. Il se transforme en félin. J’ai envie de lui poser mille questions. Ce serait sans doute impoli. Je préfère garder ça pour plus tard. En plus, je suis fatiguée. La nuit est bien entamée. Je n’ai pas l’habitude du manque de sommeil. Mes idées commencent à s’embrouiller.

On fait le tour ?

Je ne peux pas m’empêcher de sourire. Je suis dans un vrai château ! Sans attendre de réponse, je m'avance tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mio
Tonton Chaton
avatar

Nombre de messages : 238
Date d'inscription : 10/02/2015

MessageSujet: Re: Délicate fleur Blanche   27/6/2016, 1:22 am

Mes pas sur le tapis rouge produisaient un doucereux son derrière Blanche. Cela faisait bien longtemps que je n'avais évolué dans une forteresse sans sentir la menace pesante d'une lame dans mon dos et redouter une attaque à chaque instant. À prendre le temps de l'observer, le lieu était immense. Le paroles de la jeune femme résonnaient sous les voûtes des pierre.

Oui, ce château m'appartenait. Ou plutôt, il appartenait au Tonneau des Rémanences. De nombreuses années après la disparition des fondateurs de la Purgamen Cruori, nous, ses héritiers, trouvions à nouveau refuge dans une forteresse.
J'eus soudain l'espoir de faire renaître la grandeur de jadis, de revoir les splendides armures, ouvragées des plus fines pièces d'or, monter les plus fiers destriers du royaume, de retrouver la gloire des armées d'élite du Roy au temps des grandes guerres, de recréer ce monde raconté que je n'avais pu vivre, mais dont j'avais lu et entendu tellement de récits.
Mais je m'en rendis vite compte : je faisais erreur. Les guerres avaient ruiné le royaume, décimé la population et laissé libre court aux maladies et à la misère. Là où se dressaient jadis des villes fastes ne gisaient plus que des fantômes d'un temps perdu. Les grandes gloires passées avaient laissé place aux plus noires conspirations et même les plus fervents guerriers avaient perdu foi en leurs souverains. On ne se battait plus que pour l'argent ou le pouvoir personnel. Apporter gloire et fortune à son royaume, à sa patrie, la servir au mieux ; plus personne n'y croyait. Nous les premiers.
Là où je voyais l'étincelle d'un feu nouveau, il n'y avait qu'une des quelques cendres qui restaient de notre pays, et que nous nous étions penché pour ramasser. Ces terres n'avaient plus rien a offrir, et arrivait peu à peu la fin de ce qu'il restait de nous. Mais nous ne partirions pas dans la honte. Notre guilde tirerait se révérence comme le ferait une reine. C'est la tête haute que nous imposerions le respect de notre ordre jusqu'à la toute fin !

Les dernières marches nous menèrent dans les salles plus douillettes du donjon. La où les lourds rideaux de soie rouge prenaient place, loin des fers de lance.
Je fis sonner les gardes.

Messieurs, cette dame est notre hôte. Vous serez priés de lui apporter une tenue pour la nuit, de récupérer ses vêtements et de les laver. Faites en sorte qu'ils soient prêts demain. Par ailleurs, vous vous tiendrez à sa disposition jusqu'à son départ.

L'air dubitatif des gardes me força à étendre mon discours.

Vous serez grassement récompensés pour cette requête exceptionnelle.

Les trois gardes disparurent pour aller chercher la tenue demandée. Je pus discerner aux bruits de pas qu'un de leurs attendait derrière la porte de la pièce, prêt à accourir à la demande de la jeune femme.
Leur cupidité valait bien leurs services. Il fallait leur reconnaître du sérieux. Je savais qu'ils se tiendraient prêt à accéder à toutes les exigences de la jeune femme.

Veuillez m'excuser Blanche, mais cette balade m'a quelque peu éprouvé. Je me permets de prendre congé de vous. Toutes les chambres du donjon sont à votre disposition. Sauf la dernière. Nous nous reverrons demain.

En disant cela, je ne pus réprimer un sourire en coin.

Il faudra tout de même que vous m'expliquiez qui est ce "spectre".

Je gravis les marches jusqu'à la chambre au sommet du donjon et, épuisé, m'écroulai sur le lit à baldaquin, oubliant même de fermer la porte. J'y attendis que Morphée m'entraîne dans son royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stélias
Gardien du Tonneau
avatar

Nombre de messages : 163
Age : 24
Date d'inscription : 22/04/2009

MessageSujet: Re: Délicate fleur Blanche   27/6/2016, 4:08 am


    Il existe, en bordure du chemin des tombes, une petite butte légèrement recluse du sentier. Si la recherche tenace de toute chose menait nécessairement à sa bienheureuse découverte, on pourrait prétendre qu'il est facile, après quelqu' enjambement de troncs d'arbres ravagés par la moisissure, de venir à s'y trouver. Néanmoins, la présence environnante des marécages favorise une brume quotidienne qui, outre délasser le marcheur en mal d'insécurité croissante, en dissimule grandement les reliefs. Cette butte offre à son hôte de nombreux avantages, parmi lesquels une vue entièrement dégagée sur la plaine marécageuse, seulement nuancée par une pauvre petite hutte posée ridiculement au milieu de ce paysage désolé. Enfin, ce promontoire donne accès au sésame que tout homme convoite lorsque nécessaire ; voir sans être vu.

    C'est donc tout naturellement que je me trouvais sur ce pauvre monticule de terre embuée. Il est fort juste que les raisons de ma présence dans ce bourbier infâme relevaient plus de la nécessité physiologique que du désir de renouer avec une existence révolue et oubliée. Après quelques années d'absence, je commençais à manquer de cette plante fabuleusement belle et efficace dans ses atours et que les initiés s'abstiennent de nommer en présence d'individus qui la convoitent, c'est-à-dire le genre humain dans sa totalité. Cependant, peu de gens savent que cette plante ne dévoile son principe actif qu'en présence d'un substrat savant dont la recette est bien gardée par les spécialistes en alchimie moléculaire et en délires paranoïaques. Prise seule en infusion, elle peut éventuellement être confondue avec du thé noir, mais elle ne fera illusion que quelques secondes sous le palais d'un connaisseur.

    Je commençais à sentir délicieusement son effluve de réglisse et de miel qui s'écoulait de la bicoque tranquille et qui dilapidait ce qu'il me restait de raison. Mon écrin avait dû être découvert et il me fallait de toute urgence le récupérer.
    En contemplant leur départ fortuit, je me persuadai que le moment était venu d'agir. Après des mois de privation, j'allais à nouveau pouvoir me délecter du dérèglement des sens.




Dernière édition par Stélias le 28/6/2016, 2:23 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche Halmak
Masseuse Thai
avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 16/06/2016

MessageSujet: Re: Délicate fleur Blanche   27/6/2016, 6:08 pm

Je le regarde aller dormir sans rien dire. Ses paroles tournent en boucle dans ma tête. Il va falloir que j’en dise plus. Je n’en ai absolument pas envie. Je ne suis pas sûre que cette fois-ci, je m’en tirerai avec une petite explication trop large pour en tirer quoi que ce soit.

Je suis interrompue dans mes pensées par l’arrivée d’un garde qui m’apporte des vêtements propres. Il marmonne que je n’aurais qu’à laisser les miens par terre devant ma porte et que quelqu’un viendrait les laver. Son ton est sec. Il n’a pas l’air content de me voir ici, mais cela n’entame pas le moins du monde ma bonne humeur. Je ne peux m’empêcher de penser qu’il fait vraiment une drôle de femme de chambre.

Je passe les vêtements trop grands pour moi. Je flotte dedans et ressemble encore plus à un fantôme. Je suis sûre qu’il l’a fait exprès. Je laisse mes vêtements en tas par terre dans le couloir et me lance dans l’exploration du château. Pieds nus, je retourne en direction du hall. Si Mio prèfère dormir, je préfère visiter. J’aurais tout le temps de dormir plus tard.

J’ouvre toutes les portes que je vois. Je passe rapidement devant les parties réservées aux serviteurs qui n’ont rien d’extraordinaires mais je m’attarde longuement dans les salons et les grandes salles à manger. Tout semble disproportionné. On dirait une maison de géants. C’est encore plus flagrant car je ne croise personne.

Quand je suis bien sûre d’avoir fait le tour, je remonte vers le couloir des appartements. J’ai les pieds gelés et j’ai hâte de me glisser dans des draps doux et chauds. Je regarde la rangée de portes fermées. Laquelle vais-je choisir ? Je commence à ouvrir les portes. Avant de faire mon choix, je veux toutes les voir. Je ne veux pas me tromper ! Quand j’arrive au bout du couloir, je me rends compte que cette porte-la est ouverte. Curieuse je jette un œil à l’intérieur. Malgré l’obscurité, j’aperçois une forme sous les draps. Mince, c’est la chambre de Mio. Je recule vivement, me cogne contre la porte qui va claquer contre le mur. Pour la discrétion, on repassera. Je me dépêche de rejoindre la chambre la plus éloignée possible.

Je me jette sur le lit. J’ai l’impression d’être une princesse. Je jette un coup d’œil dehors. Le jour va bientôt se lever. Je me love sous les draps et m’endors aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Délicate fleur Blanche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Délicate fleur Blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Présentation d'une fleur délicate.
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» FLEUR canichette croisée abricot 6 ans (89) Yonne
» Fleur d'Aphélandra du Clan du Vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serment des Ruines et Crépuscule :: Le Serment des Ruines est né... :: Le Paillasson-
Sauter vers: